Travaux en copropriété : guide complet pour tout comprendre

Temps de lecture estimé à environ 11 minutes.
Contrôles :
Avatar de l'auteur "Pierre Ferreiro" Pierre Ferreiro

le 13 octobre 2023

[ mis à jour le 16 octobre 2023 ]

SOMMAIRE

La réalisation de travaux en copropriété est une démarche qui peut rapidement devenir complexe en raison des nombreuses règles et réglementations en vigueur. Que ce soit pour des travaux d'entretien, de rénovation ou d'amélioration, chaque projet doit être soigneusement planifié et exécuté en conformité avec les lois applicables et les règles de la copropriété. Ignorer ces aspects peut entraîner des complications pour les parties impliquées.

Ce guide vise à éclairer les copropriétaires et les syndics sur les différentes facettes des travaux en copropriété. De la classification des travaux aux autorisations nécessaires, en passant par le rôle du syndic et les options de financement, chaque élément est abordé pour fournir une compréhension complète du sujet. Les acquéreurs d’un appartement neuf à Bordeaux, dans une résidence aux dernières normes, ne risquent cependant pas d’avoir à consulter ce guide avant un long moment.

Types de travaux et règles associées

On peut séparer les travaux en copropriété en deux catégories : ceux qui touchent aux parties communes et ceux qui touchent aux parties privatives. Gros plan.

Travaux Copropriété – un ouvrier pose des plaques d’isolant
©Bilanol — Shutterstock

Travaux dans les parties communes

Les travaux dans les parties communes peuvent être soit réguliers, soit ponctuels. Explications.

Entretien courant

Les travaux d'entretien courant sont des interventions nécessaires pour maintenir le bon état et le fonctionnement des parties communes. Cela peut inclure des actions comme le remplacement de la chaudière, la réparation des ascenseurs et portails, ou la maintenance des espaces verts et des zones de stationnement.

Pour ces travaux, une majorité simple lors du vote du budget prévisionnel de l'assemblée générale des copropriétaires est généralement suffisante. Le syndic est responsable de la présentation des devis et des options disponibles aux copropriétaires avant le vote. Une fois approuvés, ces travaux sont généralement financés par les charges courantes de la copropriété.

Travaux d’amélioration

Les travaux d'amélioration vont au-delà de la simple maintenance et visent à augmenter la valeur, l'efficacité ou l'esthétique de la copropriété. Cela peut inclure des projets comme le ravalement de façade, l'installation de panneaux solaires, ou la mise en place d'un système de sécurité avancé. Il peut aussi s’agir de travaux d’isolation visant à renforcer la performance énergétique du bâtiment à une époque où le DPE a de plus en plus d’importance.

Ces travaux nécessitent une majorité absolue en assemblée générale. Étant donné leur nature souvent coûteuse et complexe, une planification minutieuse est nécessaire. Le syndic doit présenter plusieurs devis et options de financement aux copropriétaires. Une fois le projet approuvé, des solutions de financement peuvent être mises en place.

Travaux dans les parties privatives

Selon la nature des travaux, un propriétaire souhaitant réaliser des travaux dans son logement devra demander ou non des autorisations.

Travaux sans autorisation requise

Dans le cadre d'une copropriété, il est généralement possible de réaliser des travaux dans son propre logement sans avoir à obtenir une autorisation préalable, à condition que ces travaux n'affectent pas les parties communes. Cela inclut des projets tels que l'aménagement d'une salle de bain, l'installation d'une nouvelle cuisine, ou encore des travaux de home staging comme changer de peinture ou de revêtement de sol.

Toutefois, il est important de noter que même si ces travaux sont réalisés à l'intérieur du logement, certaines restrictions peuvent s'appliquer. Par exemple, si le projet implique de toucher à des éléments considérés comme des parties communes, comme les canalisations qui traversent les logements, une autorisation pourrait être nécessaire.

Exemples :

Travaux nécessitant une autorisation

Certains travaux, bien que réalisés à l'intérieur du logement, nécessitent une autorisation préalable. Cela inclut des projets qui ont un impact sur les parties communes, comme le changement d'une porte d'entrée ou l'installation d'un système d'évacuation d'un poêle à bois ou d’une climatisation sur la façade. De plus, des travaux qui modifient un mur porteur ou qui nécessitent de toucher à un conduit de cheminée commun à l'ensemble de la copropriété requièrent également une autorisation.

Pour obtenir cette autorisation, un vote à la majorité absolue lors de l'assemblée générale des copropriétaires est souvent requis. Si la décision reçoit au moins un tiers des voix, un second vote à la majorité simple peut être organisé. En l'absence d'autorisation, le syndic peut exiger la remise en état des lieux aux frais du copropriétaire.

Exemples :

Considérations légales et réglementaires

Il est également crucial de se référer au règlement de copropriété et à la législation locale pour comprendre les restrictions spécifiques qui peuvent s'appliquer. Par exemple, les horaires de travaux autorisés peuvent varier selon les arrêtés municipaux en fonction de votre commune. De même, le règlement de la copropriété peut encadrer certaines pratiques, comme l’utilisation de l’ascenseur pour transporter des matériaux.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous

Le rôle du syndicat de copropriété

Le syndic est un acteur clé dans le fonctionnement de la copropriété. Il est mandaté par le syndicat des copropriétaires et a pour mission d'exécuter les décisions prises en assemblée générale. Il assure également la gestion courante de l'immeuble, ce qui inclut la supervision des travaux dans les parties communes et, dans certains cas, les parties privatives.

Travaux Copropriété – des petits bonhommes en bois ayant des bulles de conversation au-dessus de leurs têtes
© Andrii Yalanskyi - shutterstock

Gestion des travaux communs

Le syndic est responsable de la préparation des projets de travaux dans les parties communes. Il collecte les devis et présente les différentes options aux copropriétaires lors de l'assemblée générale. Ce processus est crucial pour garantir que les travaux sont réalisés de manière efficace et économique.

Après l'approbation des travaux par l'assemblée générale, le syndic supervise leur exécution. Il s'assure que les travaux sont réalisés selon les spécifications et dans les délais convenus. Le syndic est également responsable du suivi financier des travaux, y compris la gestion des paiements aux prestataires. Il vérifie que tout est conforme à la livraison des travaux, et peut invoquer les garanties correspondantes si un défaut est constaté.

Assistance et contrôle

Le syndic est assisté et contrôlé dans sa gestion par le conseil syndical, composé de copropriétaires élus. Le syndic doit donc travailler en étroite collaboration avec lui pour assurer une gestion optimale des travaux.

Un médiateur pour les travaux dans les parties privatives

Bien que le syndic n'ait pas de rôle direct dans la gestion des travaux dans les parties privatives, il peut être consulté pour des conseils et des clarifications sur les règles de la copropriété. Dans certains cas, il peut également jouer un rôle de médiation en cas de conflit entre copropriétaires concernant des travaux qui auraient un impact sur les parties communes, ou en cas de nuisances.

Travaux en copropriété : les options de financement

Plusieurs options de financement existent pour financer des travaux en copropriété, qui diffèrent bien entendu s’il s’agit de travaux dans les parties communes ou dans les parties privatives.

Travaux Copropriété – Plusieurs personnes mettant des pièces dans une tirelire
©Andrey_Popov

Financements pour les travaux collectifs

Les appels de fonds

L'appel de fonds est souvent la première option envisagée pour financer des travaux en copropriété. Ce processus commence généralement par une planification minutieuse lors de l'assemblée générale, où un budget est établi pour les travaux à venir. Les copropriétaires sont alors informés du montant qu'ils devront contribuer.

Dans certains cas, des travaux imprévus ou urgents peuvent nécessiter un appel de fonds exceptionnel. Ce type d'appel est généralement soumis à un vote lors d'une assemblée générale extraordinaire et doit être approuvé par une majorité qualifiée de copropriétaires.

Fonds de travaux

Depuis 2017, la majorité des copropriétés est dans l’obligation de créer un fonds de travaux, à l’exception de :

Ce fonds, qui doit représenter 5% du budget prévisionnel de l’année, doit être alimenté par des contributions régulières des copropriétaires, souvent incluses dans les charges de copropriété. L'avantage de cet outil est qu'il permet de planifier à long terme et de réduire le besoin d'appels de fonds exceptionnels.

La réserve spéciale est généralement gérée par le syndic en collaboration avec le conseil syndical. Les fonds sont généralement utilisés pour des projets d'amélioration majeurs. L'utilisation de cette réserve doit être approuvée à la majorité absolue lors de l'assemblée générale. À ce moment-là, les copropriétaires décideront également de débloquer la totalité ou une partie du fonds afin de financer les travaux.

Le prêt collectif

Un prêt collectif est une forme de financement où le syndicat de copropriété contracte un emprunt auprès d'une institution financière pour financer des travaux d'intérêt commun. Ce type de financement est particulièrement utile pour des projets d'envergure qui nécessitent des investissements importants, comme la rénovation de la façade de l'immeuble ou la mise aux normes des installations électriques.

La décision de contracter un prêt collectif doit être approuvée lors de l'assemblée générale des copropriétaires. Seuls les copropriétaires qui sont volontaires peuvent y souscrire, à condition qu’ils soient au moins deux. Il n’existe pas de clause de solidarité : chaque copropriétaire souscripteur est responsable du remboursement de ses mensualités, calculées en fonction de la quote-part des parties communes qu’il détient.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous

Pour des travaux dans les parties privatives

Lorsqu'il s'agit de travaux dans les parties privatives, le financement incombe généralement au copropriétaire concerné. Ce dernier doit donc prévoir un budget et éventuellement contracter un prêt pour financer les travaux.

Options de prêt

Plusieurs options de prêt sont disponibles pour les copropriétaires, notamment les prêts personnels et les crédits à la consommation. Certains établissements financiers proposent même des prêts spécifiques pour les travaux de rénovation ou d'amélioration de l'habitat.

Des subventions et des aides financières

Pour les travaux visant à améliorer l'efficacité énergétique de l'habitat, des aides comme l'éco-prêt à taux zéro peuvent être sollicitées. Ce prêt permet de financer des travaux d'économie d'énergie sans payer d'intérêts.

Certaines dépenses relatives à des travaux d'amélioration de l'habitat peuvent également ouvrir droit à un crédit d'impôt. Ce dispositif fiscal permet de déduire une partie des dépenses engagées de son impôt sur le revenu.

Il est également possible de bénéficier d'aides locales ou régionales pour certains types de travaux. Ces aides peuvent être accordées par la municipalité, le département ou la région, et varient en fonction des critères établis par chaque entité. La ville de Bordeaux propose notamment le dispositif Ma Rénov Bordeaux Métropole.

Éviter les travaux en copropriété en achetant un appartement neuf

Travaux Copropriété – une résidence neuve aux dernières normes
©Grand Warszawski - Shutterstock

L' achat d'un appartement neuf présente l'avantage majeur de la conformité aux normes en vigueur. Les constructions neuves sont soumises à des réglementations strictes, notamment la Règlementation Environnementale 2020 (RE2020), qui garantit des performances énergétiques optimales. Cette conformité aux normes réduit considérablement le besoin de travaux de mise aux normes, que ce soit dans les parties privatives ou communes de la copropriété.

Les appartements neufs sont souvent dotés d'équipements modernes et de fonctionnalités avancées, comme la domotique. Ces équipements permettent non seulement un confort de vie supérieur mais aussi une gestion efficace de la consommation énergétique. De plus, les espaces sont conçus pour être fonctionnels et accessibles, répondant aux dernières normes en matière d'accessibilité.

Le neuf permet de faire des économies sur le long terme. En effet, l'efficacité énergétique des constructions neuves se traduit par des économies substantielles sur les factures d'énergie. De plus, les frais de notaire sont réduits dans le neuf, et il est possible de bénéficier de diverses aides financières, comme le prêt à taux zéro (PTZ), qui peuvent financer jusqu'à 40% de l'achat.

L'achat en Vente en l’État Futur d’Achèvement (VEFA) permet également une grande marge de personnalisation grâce aux Travaux Modificatifs Acquéreurs (TMA). Vous pouvez ainsi adapter votre logement à vos besoins spécifiques sans avoir à engager de travaux supplémentaires une fois la construction terminée.

Lorsque l’on souhaite acheter ou investir à Bordeaux, l’achat d’un appartement neuf est une option judicieuse pour éviter les tracas et les coûts associés aux travaux de rénovation ou de mise aux normes. C'est une solution clé en main qui offre confort, modernité et sérénité pour de nombreuses années.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
Partager sur