Pourquoi Bordeaux est-elle si prisée des cadres parisiens ?

Temps de lecture estimé à environ 4 minutes.

Publié le 01 septembre 2017 par

Gilles Vidotto Avatar Gilles VIDOTTO

SOMMAIRE

© RossHelen - shutterstock

Selon une étude Cadremploi, 56% des cadres parisiens seraient prêts à quitter la capitale pour s’installer en province et Bordeaux y occuperait une place de premier choix. Notamment, le dynamisme économique de la ville, les offres d’emploi, la situation géographique et le climat sont plébiscités par les cadres parisiens. Alors faut-il investir à Paris ou à Bordeaux?

Bordeaux, une ville remise au goût du jour

Longtemps défigurée par les façades noircies des bâtiments et la circulation trop dense dans le centre-ville, Bordeaux s’est offerte il y a près de 10 ans un profond relooking. Les hangars laissés à l’abandon ont été transformés en commerces, en écoles et en restaurants. La rive droite, quant à elle, s’est littéralement métamorphosée grâce à Darwin, un écosystème alternatif qui mêle espace de coworking, ferme urbaine, club nautique, production alimentaire mais aussi un village d’accueil d’urgence. Celle que l’on appelait la “Belle endormie”, il y a encore dix ans, s’est réveillée pour devenir “la Perle de l’Aquitaine”. Et pour cause, grâce aux rénovations urbaines entreprises par Alain Juppé, Bordeaux est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, depuis 2007.

À quelques encablures du bassin d’Arcachon et de la côte atlantique, Bordeaux dispose d’atouts environnementaux, touristiques et culturels de premier plan. Le climat océanique, à la fois doux et humide en hiver et sec et chaud en été, laisse entrevoir une qualité de vie agréable pour les cadres franciliens lassés de la grisaille quotidienne. Selon le magazine L’Internaute, les Bordelais ont eu droit, pour l’hiver 2017, à 377 heures d’ensoleillement, contre 277 heures pour les habitants de Paris.

Euratlantique, un projet porteur pour Bordeaux Métropole

Depuis le 2 juillet 2017, la ligne de train à grande vitesse LGV est en fonction. Elle permet de rallier Bordeaux à Paris en un trajet de 2h04 seulement. Ce nouveau moyen de transport fait partie du grand projet Bordeaux Euratlantique. Celui-ci vise à créer un grand quartier d’affaires autour de la gare Saint-Jean, où 30.000 nouveaux emplois seront à pourvoir. Ce projet novateur, lancé en 2009, permettra à Bordeaux Métropole de s’imposer comme l’une des plus puissantes agglomérations d’Europe du 21ème siècle.

[articles_lies|id=233]

Les secteurs d’emplois porteurs à Bordeaux

Le BTP et le secteur des constructions sont les domaines d’emplois les plus porteurs de la ville de Bordeaux. Les postes à pourvoir, selon Cadremploi, sont relatifs aux “professions techniques avec des niveaux de recrutement allant du manager aux postes de direction”. En effet, en 2016, 10.000 néo-bordelais dont 70% de Parisiens se sont installés à Bordeaux intra-muros ou dans sa proche périphérie.

”Le dynamisme de Bordeaux est porté par un solide tissu de TPE et PME”, souligne le co-fondateur de Darwin, Philippe Barre.

90% des entreprises bordelaises ont moins de 10 salariés et seulement 240 sociétés comptent plus de 50 salariés. Également, en 27 ans, le nombre de cadres a augmenté de 2.6%.

Pourquoi les cadres parisiens veulent-ils quitter Paris ?

80% des Franciliens se disent prêt à quitter Paris, dont 94% dans les cinq années à venir. La principale source de cette insatisfaction est le temps passé dans les transports. Pour 77% des cadres sondés, le trajet quotidien varie de 30 minutes à plus d’une heure.

© Eo naya - shutterstock

Le coût de la vie (55%) et les problèmes de logement (53%) sont aussi des facteurs pris en compte pour une éventuelle mutation en province. En déménageant hors de l’Île-de-France, 56% des cadres se disent prêts à toucher un salaire inférieur, 58% d’entre eux déclarent même être capables de sacrifier 5 000€ bruts annuels, soit 10% de leur salaire moyen, selon les chiffres de l’Apec 2016.

Un investissement dans le neuf à Bordeaux est-il rentable ?

Selon les données de l’Insee, la part de locataire à Bordeaux représente 66% de la population. Et on note une augmentation constante de la population bordelaise. Dans cette perspective favorable à l’immobilier d’habitation, un investissement locatif dans un bien neuf en loi Pinel est plus que rentable. De fait, dans le quartier Saint-Jean, qui entoure la gare et qui abrite le projet Bordeaux-Euratlantique, un appartement deux pièces de 46.6 m² avec une terrasse 8 m², coûte en moyenne 225.000€.

Pour 12 ans d’investissement en loi Pinel, la défiscalisation représente 21% du montant du bien : 225.000 x 0,21 = 47.250€.
Le rendement total est donc de 47.250€, soit 328,15€ de rendement mensuel.

Par ailleurs, pour être parfaitement éligible à la loi Pinel, le propriétaire du bien doit respecter le plafond de loyer imposé. Bordeaux appartenant à la zone B1, le loyer au mètre carré est de 10.07€.

Calcul de la surface pondérée :
46,6+8/2 = 50,6 m²
Calcul du loyer :
10,07 x(0,7 + 19/50,6) x 50,6 = 548€

Ainsi, le propriétaire peut imposer un loyer maximum de 548€. Il en découle une rentabilité locative de 4,7%.

Par ailleurs, les investissements dans le neuf sont beaucoup moins onéreux que dans l’ancien. Et pour cause, à l’achat les frais de notaires dans le neuf sont réduits. Ils ne représentent plus que 2% du prix de vente du logement neuf, contre 8% dans l’ancien.

Sources :

Partager sur