Résidence Arago : la folie écoquartier gagne la périphérie de Bordeaux

Publié le 27 juillet 2020 par

Gilles Vidotto Avatar Gilles VIDOTTO

SOMMAIRE

On ne peut parler de programmes immobiliers à Bordeauxsans évoquer le boom des écoquartiers au sein de la Belle Endormie. Si on a beaucoup entendu parler de Ginko Bordeaux et de l’écoquartier Bordeaux Bastide, on oublie parfois d’évoquer que le label écoquartier concerne aussi la périphérie bordelaise, à l’image de la résidence Arago à Pessac. Par ailleurs, un troisième ensemble urbain durable est en passe de faire flamber la rive droite de la Garonne : l’écoquartier Brazza, qui viendra prochainement concurrencer la bonne réputation de quartiers de Bordeaux comme les Chartrons et renforcer l’attrait de la commune voisine de Cenon.

eco quartier Bordeaux Lac - Vue sur les Bassins à Flot à Bordeaux
© Andrew Babble - Shutterstock

Résidence Arago à Pessac : 1er label écoquartier de la ville

Dans le quartier Arago à Pessac, celle que l’on nomme “résidence Arago” a fait l’objet d’une requalification par l’organisme DOMOFRANCE Pessac. Retour sur ce projet qui a permis à la ville de Pessac d’obtenir son premier label écoquartier.

La résidence Arago Pessac : un projet qui rassemble les acteurs de la promotion autour d’un écoquartier

Sortie de terre dans les années 1960, la résidence Arago - située à deux pas de la pharmacie Arago de Pessac - est devenue vétuste au fil des décennies en raison d’un manque d’entretien et de rénovations.

En 2006, l’organisme DOMOFRANCE Pessac, qui appartient au groupe Action Logement, initie un projet de requalification urbaine de la résidence Arago de Pessac. S’engage alors un important dialogue entre les locataires, la région Gironde, l’ESHV de Pessac - Entreprise Sociale pour l’Habitat et la Ville - et la Communauté urbaine de Bordeaux, dialogue qui durera jusqu’en 2008.

Deux ans plus tard, suite à un appel à projets, l’équipe Revelarchi prend en charge le chantier en proposant un éco-quartier. En décembre 2016, le quartier Arago Pessac reçoit finalement le label écoquartier, remis par le Ministère du logement conformément à la charte dédiée.

Qu’est-ce qui fait de la résidence Arago Pessac un véritable écoquartier ?

Deux bâtiments regroupant 84 logements ont été démolis (soit 15% de la totalité du bâti) pour permettre au futur quartier de s’ouvrir davantage sur la ville et l’environnement.

Plusieurs espaces verts ont été aménagés à l’extérieur (promenades, aires de jeux pour enfants, jardins) suivant différentes thématiques paysagères :

eco quartier Bordeaux Bastide - Des voisins partagent un repas dans un jardin partagé
© Gorodenkoff - Shutterstock

Concernant le bâtiment, ses performances énergétiques ont été améliorées (la consommation d’énergie a de ce fait été divisée par 4), son isolation optimisée et 518 logements ont été réhabilités en BBC. Les façades se sont notamment vues revêtir un manteau isolant neutre et intemporel.

En outre, chaque appartement bénéficie d’un balcon de 15 à 25 m² dont le traitement varie d’un immeuble à l’autre pour en marquer l’identité architecturale.

La résidence profite aujourd’hui d’étiquettes énergétiques A et B, ainsi que des labels BBC Effinergie rénovation et H&E. La résidence a en outre reçu le prix DCPEA en 2014, et a été finaliste en 2011 au Concours d’Architecture Bas Carbone lancé par EDF.

Pour permettre l’accès aux logements à différents ménages, la résidence se compose d’une offre large et diversifiée (138 d’entre eux sont des logements sociaux).

Écoquartier Brazza à Bordeaux : dans la lignée de Ginko et Bastide

Au centre de Bordeaux, face aux Bassins à Flot, à la Cité du vin et au quartier des Chartrons, l’écoquartier Brazza assure la continuité entre l’écoquartier Bordeaux Bastide(rive droite) et la rive gauche.

Ce projet de grande ampleur réunit actuellement les différents acteurs de l’immobilier à Bordeaux. Ce ne sont pas moins de 53 hectares d’anciennes zones industrielles devenues des friches qui vont être réinvestis de manière durable.

L’écoquartier Brazza s’inscrit au cœur d’une démarche durable initiée à Bordeaux

Le projet d’écoquartier Brazza s’inscrit dans la démarche globale lancée par Alain Juppé d’un « arc de développement durable », de la gare Saint-Jean jusqu’au quartier Ginko de Bordeaux, un écoquartier situé à Bordeaux Lac. Comme l’explique l’ancien maire de la ville : « Les éco-quartiers, il faut pouvoir y vivre et y travailler, avec un accent particulier mis sur l’artisanat ».

Des “volumes capables” dans l’écoquartier Brazza : explication

L’écoquartier Brazza devrait, à terme, proposer 468.500m² de plancher et 4.950 logements… à finir soi-même.

Ce concept architectural inédit, Bordeaux Métropole y tient. On parle ainsi de « volumes capables », pour les espaces partiellement aménagés de cette nouvelle zone : il s’agira de bâtiments neufs, avec des travaux à prévoir.

Le LabCDC (Laboratoire de recherche et développement du groupe Caisse des dépôts) a d’ailleurs mis en place le concept de « structure capable », incarné par Urbik’s Cube, un projet soutenu par l’architecte Marc Barani. L’architecte urbaniste Youssef Tohmé, a été sélectionné pour porter ce projet, accompagné de Michel Desvigne, architecte paysagiste.

Des logements neufs écologiques accessibles à Bordeaux

Le concept de “logements en kit” permet de faire descendre les prix entre 2.100 et 2.400€/m² au sein de l’écoquartier Brazza. C’est une révolution à la fois juridique et fonctionnelle. Bureau, logement, atelier : les fonctions de tels volumes seront interchangeables et réversibles, pour leur assurer un maximum de durabilité.

L’écoquartier Brazza Bordeaux en chiffres

Parmi les logements proposés, 2.097 seront des bâtiments collectifs sur pilotis. Il y aura également 499 « volumes capables » et 349 échoppes. Une ligne de tramway, une piste cyclable ainsi qu’une voie pour les piétons formeront la « Brazzaligne », qui traversera le futur quartier.

Pourquoi ce boom des écoquartiers à Bordeaux et en région ?

En France, un budget de 20 millions d’euros sert à transformer les quartiers prioritaires en territoires « fertiles » et éco-quartiers. C’est dans cette dynamique que 22 villes sont candidates pour faire de certains de leurs secteurs des « quartiers à énergie positive et à faible impact carbone ».

Cette mesure, prise dans le cadre de l’initiative « Habiter la ville de demain », renverse positivement la réputation des quartiers de Bordeaux les moins prisés. Comme expliqué par le Ministère : « Il ne s’agit pas d’implanter des jardins familiaux, mais bien de créer du développement économique avec une vraie production et des emplois ».

SOURCES

Partager sur