La référence de l’immobilier neuf depuis 15 ans !
Tout pour vivre et investir, s'informer sur la loi Pinel à Bordeaux.
9h - 20h du lundi au samedi
fermer
L’immobilier neuf à Bordeaux : nos experts passent sur France 2 !
http://www.bordeauximmo9.com/special-investisseur-bientot-l-arrivee-du-tram-a-parempuyre
Image illustrant "Array"

Spécial investisseur : bientôt l'arrivée du tram à Parempuyre ?

ParempuyreCrédit photo : © Bordeaux-Métropole

Élue en 2008, la maire de Parempuyre, Béatrice de François, s’exprime sur sa volonté de poursuivre l’urbanisation de la ville. Intégrée dans la métropole bordelaise, Parempuyre est en train de devenir une zone périurbaine convoitée. Pour répondre à ces (futurs) besoins, la ville accueille différents projets immobiliers, qui sont conçus dans le respect de son paysage boisé et marécageux. Parempuyre met également l’accent sur la qualité de vie de ses habitants en investissant dans des infrastructures, en misant particulièrement sur l’éducation et en voulant accueillir un nouveau mode de transport collectif et rapide.

Une ville périurbaine en plein essor

Située au nord de la métropole bordelaise, Parempuyre se démarque dans le paysage métropolitain. À cause de différentes facteurs, dont la hausse des prix immobiliers à Bordeaux, la commune connaît les effets d’un phénomène de périurbanisation qui s'accentue. Les maires des villes aux alentours de Parempuyre doivent également gérer ce nouvel afflux.

L’attractivité de Bordeaux est à la source de ce phénomène de périurbanisation. L’INSEE en témoigne : le département de la Gironde a accueilli 100.000 nouveaux habitants entre 2010 et 2015, ce qui en fait le quatrième département le plus dynamique de France. Sur les 100.000 nouveaux résidents qu’elle accueille, 52.000 se sont installés sur le territoire de la métropole.

Un territoire de bois, de vignes et de marais

Parempuyre est recouverte à 80% d’espaces boisés, de vignes et de marais. Ils représentent plus des trois-quarts de la surface communale (1.744 hectares d’espaces naturels et agricoles). Bien que la densité de sa population soit plus faible qu’ailleurs, la ville fait partie de ces zones périurbaines convoitées. D’ailleurs, les recensements successifs prouvent que les Parempuyriens sont de plus en plus nombreux.

Même si la commune n’est pas incluse dans le projet « 50.000 logements près des transports en commun », elle travaille (comme toute la métropole) sur le plan local d’urbanisme (PLU) de 2010, c’est-à-dire sur la construction d’une métropole attractive à l'échelle européenne, capable de conserver l'harmonie de ses paysages et de son cadre de vie tout en se densifiant. Cependant, depuis quelques années, certaines villes périphériques freinent drastiquement la politique de construction de logements neufs par peur de perdre en qualité de vie. Les problématiques de densification et d’étalement urbain dans la métropole Bordelaise deviennent des sujets de tensions.

« On a eu un problème parce que les promoteurs ont débarqué sur Parempuyre, ont acheté des terrains très cher, ont rasé des maisons et ont fait un peu n'importe quoi. Légalement, un maire ne peut pas empêcher ça, il peut juste retarder. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre

Une volonté de construire

Cependant, la maire n’est pas fermée aux constructions. Elle a déjà planifié la création de 200 nouveaux logements, en plus de ceux prévus à Fontanieu. Dans un interview du 5 février 2019, elle manifeste sa volonté de construire des programmes mixtes avec des logements en accession libre et d’autres en accession sociale.

« Pourtant, il y a une volonté de continuer à construire, parce qu'il y a besoin de logement, mais de construire aussi du logement social. Sur le PLU de 2017, j'ai ramené la commune à R+1, sauf en centre-ville où il y a une pertinence à construire plus haut, parce que je n'arrivais pas à stopper la spéculation foncière. La ville, il faut du temps pour la construire et pour la penser. Sur la plupart des terrains qui sont encore disponibles, il y a au moins 30% de logements en mixité sociale. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre
Programme neuf a Parempuyre domaine de FontanieuCrédit photo : Programme neuf a Parempuyre, dans le domaine de Fontanieu © Edouard Denis

Le nouveau quartier Bois de Lartigue – Fontanieu

Le site de Fontanieu, qui s’étale sur 12 hectares, au nord-est de Parempuyre, va accueillir 418 logements neufs, dont 180 conventionnés en locatif social. C’est Gironde Habitat qui a, en 2012, déposé une demande de permis pour aménager cette parcelle. Sur cet ancien pré, les travaux ont commencé en 2013 et devraient se terminer d’ici trois ans. Le budget est de 5,3 millions d’euros, dont deux millions sont financés par Gironde Habitat.

Dans ce programme immobilier, aucun bâtiment haut ne sera construit. L’architecte du projet, James Augier, s’est inspiré de l’existant pour concevoir des habitations dont la hauteur ne dépassera pas deux étages. Ils seront regroupés pour former des hameaux ruraux. Au cœur de ce nouveau quartier, un groupe scolaire et des commerces sont prévus. De nouvelles routes seront aussi créées.

Les modes de circulations alternatifs sont plébiscités à Bordeaux, c’est pourquoi le projet de Fontanieu souhaite mettre à l’honneur les déplacements doux et l’environnement. Les jardins privatifs et les espaces verts publics donneront cette atmosphère champêtre, recherchée par ceux qui viennent s’installer dans la commune. L’aménagement proposé permettra la conservation de la faune et de la flore déjà existante (arbres et lieu de nidification des chouettes). Au-delà de cette conservation, un recul de 15 mètres sera imposé par rapport au lotissement de la Lisière du Vignoble. Sur la partie sud de l’opération, une zone humide sera améliorée en termes de fonctionnalité. Au total, les espaces verts représenteront 23% du projet.

Le quartier Bois de Lartigue - Fontanieu, qui reliera le centre-ville et la Lisière du Vignoble, sera en parfaite harmonie avec les marais et la nature environnante. L’objectif de ce nouveau quartier est de :

  • créer une mixité fonctionnelle et sociale,
  • créer un coeur de quartier pour le site de Fontanieu,
  • marier les tissus riverains, le centre bourg et le parc des Jalles,
  • générer des espaces verts collectifs en organisant de manière stratégique le bâti,
  • préserver et valoriser la Grange, témoin du patrimoine agricole du site,
  • mettre en valeur le clocher de l’église sur 2 accès nord du site.

« On n’a pas l’ambition que la ville grossisse, il faut juste faire face aux réalités »

Dans divers bilans municipaux, la commune laisse apparaître sa nouvelle identité urbaine : 14% des logements sont à loyer modéré.

« Les gens ont découvert la commune petit à petit, le terrain était très cher à Bordeaux, nous avons donc vu arriver une population assez jeune. On n'a pas l'ambition que la ville grossisse, il faut juste faire face aux réalités et s'adapter aux besoins de la population. On a la chance d'être dans un écrin de verdure où la nature a toute sa place. J'ai sanctifié de vieux arbres sur la commune, il faut garder ce poumon vert. Tant que je serai là, ce sera intouchable. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre
Béatrice de François en compagnie de Stéphanie Lévêque, présidente des parents d'élèves RPEPCrédit photo : Béatrice de François en compagnie de Stéphanie Levêque, présidente des parents d'élèves RPEP ©Marie-Françoise Jay

Priorité à la vie locale et à l’éducation

Parempuyre sait cultiver sa différence, tant sur le plan budgétaire que sur sa qualité de vie. En 2018, son budget principal était de 8,73 millions d’euros. Elle a acté 5,3 millions d’euros d’investissements dans l’aménagement d’un skate park (120.000 euros), dans la création d'une maison des associations (100.000 euros) et dans l’éclairage public (50.000 euros). Un autre poste de dépenses important est celui de l'éducation et des écoles.

Avec le nouveau groupe scolaire du quartier Fontanieu, la commune va sectoriser 960 élèves entre la maternelle et le primaire. Parempuyre a également décidé de conserver les TAP (temps d'activité périscolaires) : 17 activités pour cinq euros par an et par enfant, soit le même prix qu'en 2018. De plus, deux nouvelles Maisons d'Assistantes Maternelles ont été récemment construites.

« Historiquement, il y avait ici des écoles de niveaux. Côté organisation, pour ceux qui n'avaient qu'un enfant tout allait bien, mais pas pour les autres. On a profité du nouveau groupe scolaire pour travailler sur la sectorisation. La dernière rentrée scolaire a d'ailleurs été sectorisée. La nouvelle école est au centre du nouveau quartier, elle va de la maternelle au CM2, y compris sur les accueils de loisir. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre

La bataille du collège de Parempuyre

Bien que Parempuyre souhaite prioriser l’éducation, la ville a dû faire face à un épisode tendu avec la construction d’un nouveau collège, près des vignes du Château Clément Pichon. Commandé par la Gironde, ce dernier ne semblait pas plaire au propriétaire du Château, situé juste en face, qui a assigné la commune en justice.

« Il demande trois millions d'euros si on ne lui rétrocède pas le terrain. Je suis très confiante, je pense que nous allons gagner.
[...] J'ai récemment reçu un courrier du préfet qui m'a demandé de retirer l'arrêté municipal que j'avais pris sur l'épandage des pesticides en affirmant que celui de la préfecture pris en 2016 était largement suffisant. Je vais le retirer gentiment, mais ça ne veut pas dire que je n'en prendrai pas d'autres... Ce combat contre les pesticides, je le mène depuis des années. Le problème, ce n'est pas le collège, ce sont ces produits. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre

La décision de reconstruire le collège pour la rentrée 2022 a été annoncé par le Conseil Départemental. Depuis, le dossier a évolué. Le groupe Fayat, propriétaire du Château Clément Pichon, a annoncé sa volonté de convertir ce vignoble au bio, en commençant par une bande 5 hectares à proximité des habitations. Le collectif des parents a salué cette initiative. Cependant, la situation n’est pas totalement apaisée.

Les vignobles Clément-Fayat, propriétaires de ce domaine viticole, portent la Ville de Parempuyre devant le tribunal de Bordeaux pour détournement de donation. Le groupe explique que l’espace vert sur lequel le collège doit être construit a été donné à la commune en 1991 et qu’il doit rester inconstructible.

Une seconde action en justice pourrait être émise par les riverains de l’association « Préservons notre paysage urbain », qui sont opposés à la reconstruction du collège près de leurs habitations. Ils mettent également en avant la préservation de la biodiversité du site.

Le Château Clément Pichon à ParempuyreCrédit photo : ©Vignoblesfayat [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)] via Wikimedia / Date de l’image : novembre 2013

À quand un prolongement de la ligne C du Tramway pour Parempuyre ?

Les enveloppes budgétaires municipales se suivent et se ressemblent. Cependant, Parempuyre, forte de sa place au sein de la métropole, espère obtenir davantage ces prochaines années. La volonté de mettre en service un transport collectif complémentaire et rapide dans la métropole est un sujet qui anime les débats. De cette volonté, une idée a émergée : celle d’avoir un RER métropolitain à Bordeaux. Mais est ce que Parempuyre pourra profiter d’un transport de ce type ? La maire de la commune semble se questionner.

« Il faut savoir se faire entendre, c'est une ville de près de 9.000 habitants, plus grosse que Bassens ou Artigues. Par contre, c'est une ville qui a très peu de ressources. Mais si on n'était pas intégrés à la métropole, on ne ferait pas tout ce que l'on fait, par exemple sur les transports ou la voierie, qui sont des compétences métropolitaines. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre

L’un des apports les plus emblématiques de la part de la métropole concernerait l’arrivée du tramway jusqu’à Parempuyre, et non du RER. L’extension de la ligne C au sud, allant jusqu’à Villenave d’Ornon, a été inaugurée début février. Bordeaux Métropole avait bien envisagé un prolongement de la ligne C jusqu’à Parempuyre, qui représenterait 3,1 km de ligne supplémentaire pour un budget prévisionnel de 32 millions d’euros (près de 10 millions d’euros par kilomètre). Mais selon Michel Labardin, vice-président de la collectivité en charge des transports, la fréquentation serait trop faible et le bilan socio-économique serait plutôt défavorable au regard de l'investissement. Cette étude, rendue en mars 2018, a donc été mise de côté. Béatrice de François s’en est montrée déçue, la desserte en transports en commun sur Parempuyre étant encore largement insuffisante.

« Je ne suis pas contre un TER métropolitain, pourquoi pas, mais s'il ne va que jusqu'à Macau, ça veut dire que le reste du Médoc va être abandonné alors qu'il a besoin de transports plus performants que quelques bus de temps en temps. Ce train, ce serait bien s'il était régulier mais la ligne est vétuste.
Pour ce qui est du tramway, nous avons inauguré un pôle multimodal en 2013, le tramway devait arriver deux ans après. Il n'arrive pas alors que c'est le plus rapide depuis Parempuyre pour stopper tout ce qui arrive du Médoc, qui représente une grande partie de la circulation automobile sur la commune. Nous avons construit un parking de 180 places, il est pratiquement vide. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre

La maire dénonce les critiques face au coût de cette potentielle ligne : dix millions d’euros au kilomètre, alors que le prolongement de la ligne D jusqu’à Saint-Médard-en-Jalles en a coûté le double.

« Nous nous sommes réunis en bureau de métropole le 6 décembre avec Alain Juppé, il m'a confirmé qu'il n'y aurait pas de tramway à Parempuyre. La métropole a demandé de compléter les résultats avec une nouvelle étude, une réponse définitive sur ce dossier devrait arriver sous six mois. »
Béatrice de François, maire de Parempuyre

Sources :

  • « Parempuyre la "rurbaine" cultive sa différence », par Romain Béteille - La Tribune.fr, 12/02/2019
  • « Parempuyre : le collège sera bien reconstruit près des vignes », par C. M. - Sud-Ouest.fr, 11/02/2019
  • Aménagement du quartier FONTANIEU, Réunion publique - Bordeaux-Métropole.fr, 29/09/2015
  • « 400 logements en 2020 », par Christine Morice - Sud-Ouest.fr, 05/04/2012
  • PLU approuvé par délibération du conseil CUB du 21 juillet 2006, Orientations d’aménagement urbain : Parempuyre - Bois de Lartigue - Fontanieu - Bordeaux-Métropole.fr, 21/07/2006

 

<iframe width="781" height="400" src="https://www.youtube.com/embed/BLEnjrakYLw" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen></iframe>

Dernière mise-à-jour par , le .
Ma Recherche
Contactez-nous
Donnée invalide
Veuillez remplir le champs 'Nom'
Donnée invalide
Veuillez renseigner le champs 'Téléphone'
Veuillez renseigner le champs 'Adresse de messagerie'
Veuillez remplir le champs 'Ville'
Code postal invalide.
Please let us know your message.
Nos partenaires en immobilier neuf à Bordeaux
  • Logo Altarea
  • Logo Bouygues Immobilier
  • Logo Bpd Marignan
  • Logo Credit Agricole immobilier
  • Logo Edelis immobilier neuf
  • Logo Eiffage immobilier
  • Logo European homes
  • Logo Icade
  • Logo Fonta
  • Logo Kaufman and broad
  • Logo nNxity
  • Logo Urbat
  • Logo Vinci immobilier

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la réalisation de statistiques de visites.
J'accepte