Coliving à Bordeaux : On vit ensemble ?

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.

Publié le 30 mars 2021 par

Morgane Caillière Avatar de l'auteur "Morgane Caillière"

SOMMAIRE

Si le covoiturage et le coworking sont aujourd’hui solidement ancrés dans les mœurs bordelaises, le coliving est en revanche moins répandu. Ce phénomène émergent qui ressemble à de la colocation... mais qui n’est pas de la colocation, est une tendance née aux EU, populaire en Chine, en expansion à Paris et nouvelle à Bordeaux.

Des maisons de maîtres réaménagées aux programmes dédiés de l’immobilier neuf à Bordeaux. Quel est cette tendance qui réinterprète le vivre ensemble” à la sauce 3.0.

Le coliving à Bordeaux ou ailleurs ... qu’est-ce que c’est ?

Le nouvel anglissime de colocation ? Pas exactement. Concept hybride entre colocation et hôtel, le coliving apparait sur la côte Est des Etats-Unis dans les années 2000. Il intéresse autant le jeune actif, que le nouveau célibataire, le jeune entrepreneur ou même le jeune senior.

Le coliving en résumé, c’est un espace privé (souvent une chambre et une salle de bain), des espaces partagés (living, cuisine, salle de cinéma, salle de sport, jardin…) et des prestations incluses dans le loyer : charges, électricité, Internet et parfois même ménage, animations ou autres services. Certains gestionnaires vont jusqu’à établir des résidences par affinités. (résidence avec salle de sport, abonnement aux chaines sportives etc.).

Dans la petite couronne de Bordeaux, la commune du Busca a lancé un concept transverse qui propose aux coworkers du Patio (espace associatif et participatif de coworking) quatre appartements en coliving qui ont été aménagés pour des besoins ponctuels, au-dessus de leur espace de travail.

« Il y a entre 250 et 500 modèles différents de coliving dans le monde et déjà une centaine de marques. Cela va de la petite maison au grand immeuble avec son service de conciergerie »

Claire Flurin cofondatrice du réseau Co-liv.”
© adriaticfoto - Shutterstock

Vivre dans un appartement haut de gamme avec extérieurs à Bordeaux

Si vous tapez coliving Bordeaux sur Google, vous comprendrez vite les intérêts de ce nouveau mode de logement. À partir de 600 €, vous pouvez trouver un logement meublé avec terrasse et patio dans le quartier des Chartrons à Bordeaux proposés par le site Colivme (plateforme BNP Paribas Real Estate qui récence l’ensemble des offres de coliving en France).

Si vous poussez le budget d’une centaine d’euros, vous pouvez prétendre à un logement de charme avec pierres apparentes, une maison bourgeoise avec moulures et escalier de style, une échoppe bordelaise dans l’ultra centre, ou même vivre dans une grande maison avec jardin à Mérignac.

Si vous avez les moyens et l’envie du très haute gamme, vous pouvez viser un appartement de 35m² sur le Boulevard Georges V avec coin salon et cuisine privative pour un loyer mensuel de 990€. Vous partagerez la salle de projection, la salle de jeux, le jardin avec coin potager, la véranda, la terrasse le café à volonté et Netflix avec les 10 autres occupants de la maison.

Occuper un espace privatif confortable au cœur d’une “colocation” de standing nantie de living spacieux, d’espaces de vie lumineux et meublés avec goût, de balcons et jardins... voilà qui laisse songeur. Attention toutefois, jouant sur la tendance, certaines annonces appelées coliving sont en réalité des offres hôtelières à part entière. Dans la même veine, certains promoteurs génèrent la confusion en appelant "espaces de coliving" des résidences étudiantes.

Des abus liés au manque de cadre juridique

Le coliving n’est pas encore encadré par un statut juridique propre. Le ministère de la Cohésion des territoires annonce être "en observation" sur la question d'une réglementation.

"la solution pourrait être dans un contrat de location sui generis qui se situerait entre l'habitat et la prestation hôtelière, avec une flexibilité dans la durée d'occupation, la reconnaissance d'un accès à des espaces communs en plus de la location d'un espace privé et la possibilité d'y inclure des services compris dans le loyer et d'autres en supplément",

BNP Paribas Real Estate.

L'opérateur immobilier Sharies, a déjà ouverts 2 résidences en coliving à Marseille et à Nancy, travaille en ce moment à 2 projets de résidences à Vanves et dans le 15ème arrondissement de Paris (livrés en 2021). Une 5ème sera livrée à Strasbourg en 2022.

Pour ces programmes immobiliers neufs, les locataires des logements signeront un bail classique de location meublée, mais dans les textes, aucun statut juridique n’encadre l’exploitation des résidences de coliving.

Un vide juridique qui pose question et laisse libre interprétation de la marche à suivre, aux acteurs du marché immobilier du coliving mais également à ses locataires.

Un exemple ; quid de l’encadrement du loyer imposé au bailleur si le locataire à droit aux aides au logement et loue le bien depuis plus de 8 mois (délais au-delà duquel le logement devient automatiquement la résidence principale légale du locataire).

Sur le site Colivme qui propose des logements à la location en coliving à Bordeaux, certains affichent clairement que les logements sont éligibles aux APL donc nécessairement loués sous le régime d’un bail classique.

Certes les locaux sont à usage de résidence principale, mais également à usage commercial et sont même des hébergements hôtelier et touristique, pour ce qui concerne les prestations de services.

Ce vide législatif n’empêche pas un nombre grandissant d'investisseurs. Des promoteurs de l’immobilier neuf à Bordeaux en passant par les agences de gestion locative ou les opérateurs de coliving comme Sharies, The Babel Community ou La Casa, Ecla, les acteurs de l’immobilier comprennent qu’il y a là une tendance émergeante.

Levée de fonds de 180 millions d’Euros pour Colonies en 2020

En mars 2020 la startup du coliving Colonies, un an après une première levée de fonds de 11 millions d'euros, annonce une méga-levée de fonds de 180 millions.

Le fonds d'investissement LBO France injecte 150 millions d'euros à lui seul sous forme de projets immobiliers et les premiers investisseurs : La Financière Saint James Idinvest Partners et Global Founders Capital ajoutent 30 millions d'euros directement en fonds propres.

En hyper-croissance, Colonies a recruté plus de 70 nouveaux collaborateurs en 2 ans. Après Paris, Berlin, Lille et Marseille ou les résidences coliving sont déjà commercialisées, Colonies affiche le teaser “opening soon” sur son site web pour une résidence coliving à Bordeaux.

Parisiens ou Bordelais, qui sont les colivers ?

Majoritairement citadins et vivant seuls, ces colocataires d’un nouveau genre affichent des besoins particuliers en matière de logement : souplesse, accessibilité, équipement, proximité de lieux stratégiques (centre-ville, école, bureaux, espace de coworking)…

Particulièrement souple, le concept est pensé pour séduire les personnes en périodes transitoires : étudiants, nouveaux actifs, “nouveaux célibataires”.

Le coliving propose des temps de location modulables, des facilités d'installation pour le coliver qui emménage dans une résidence meublée, connectée et intégralement équipée.

Le partage, les rencontres et le vivre ensemble sont également plébiscités. Le coliving permet aux nouveaux arrivants à Bordeaux ou dans une grande ville de nouer des contacts, se constituer un réseau, rompre la solitude.

À Bordeaux comme à Lyon ou à Paris, le coliving permet ainsi de bénéficier de son intimité tout en vivant en “communauté” aux moments où on le choisit, dans la cuisine pour préparer les repas, dans le salon pour partager un film, dans le jardin pour refaire le monde...

© S-F - Shutterstock

Bordeaux, Lyon, Paris... une conjoncture favorable au coliving dans les métropoles

En France, depuis quelques années, des mutations sociétales et structurelles sont en cours qui influencent les pratiques dans l’immobilier. En cause ? Outre l’évolution des mœurs, l’augmentation des foyers composés d’une seule personne démultiplie les besoins de logements et le baby-boom des années 2000 (qui a apporté plus de 220 000 étudiants supplémentaires ces 5 dernières années) accuse encore la tendance.

Le marché immobilier neuf et ancien du locatif est saturé dans les grandes villes de France comme Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille ou encore Toulouse et la difficulté d’accès au logement en zone tendue semble croitre de manière exponentielle.

La combinaison de ces facteurs exige la créativité des locataires mais également des constructeurs et exploitants. Elle entraine de nouveaux modes de logement comme la colocation d’actifs qui a le vent en poupe à Paris ou le coliving qui apparait dans les perspectives du marché immobilier neuf à Bordeaux.

Une solution nouvelle pour pousser les murs à Bordeaux, Nantes ou Rennes

Selon le Figaro Immobilier, Le confinement a développé les envies d’espace des français. Ces besoins accrus de pièces de vie plus vastes, de jardins, de nature, de qualité de vie, modifie les critères de la population en matière de recherches immobilière. Le coliving se présente comme une solution pour bénéficier d’espace de vie plus vastes et d’extérieurs en ville quand le budget est limité.

Dans les faits, le phénomène coliving en est à ses premiers pas. Selon une étude BNP Paribas publiée en 2019, le marché est "encore peu répandu" et n’héberge actuellement que 5 000 personnes en France.

Mais La conjoncture est favorable au logement partagé et les acteurs de l’immobilier neuf à Bordeaux et dans les grandes villes de France peuvent espérer une montée en puissance du phénomène en observant l’Asie, et notamment la Chine, où le coliving est très rependu avec des entreprises de gestion locative qui exploitent plusieurs dizaines de milliers de logements.

Partager sur