La Rue Bordelaise : où en est le projet en 2021 ?

Temps de lecture estimé à environ 5 minutes.
Avatar de l'auteur "Caroline Tison" Caroline Tison

le 12 mai 2021

SOMMAIRE

600 mètres de long, 20 mètres de large, voici ce que promet la Rue Bordelaise du projet Saget. Venant accompagner l’opération Euratlantique, la Rue Bordelaise viendra compléter l’offre commerciale et de logement du centre avec ce projet immobilier neuf à Bordeaux.

Aucun recours n’a succédé à la délivrance du permis de construire en juillet 2019. Toutefois, l’arrivée de Pierre Hurmic à la Mairie de Bordeaux a mis, une fois n’est pas coutume, un coup de frein au début des travaux qui devaient commencer début 2020 pour s’achever en 2023.

Où en est le projet de la Rue Bordelaise aujourd’hui ? Verra-t-elle finalement le jour ?

La Rue Bordelaise, un projet de longue date

Initié par Alain Juppé avec Euratlantique, le projet de la Rue Bordelaise constitue le second axe de la ville de Bordeaux, avec la rue Sainte Catherine, élue plus longue rue commerçante et piétonne d’Europe. Reliant le quartier de la gare Saint-Jean à la rive droite de Bordeaux, cet axe se compose, à l’origine, de commerces, d’hôtels, et de logements, venant prolonger le futur quartier d’affaires Euratlantique jusqu’aux quais de la Garonne, au pied du quartier Belvédère, lui aussi en pleine restructuration.

Initialement, la Rue Bordelaise s’étendait sur 88 000 m² de surface immobilière à construire, dont 27 000 m² réservés aux commerces. C’est ici que le projet pose problème pour Pierre Hurmic qui entend bien ajouter sa patte.

Stephan de Faÿ, directeur de l’EPA Bordeaux Euratlantique, annonçait vouloir construire 35 % de logement, dont 20 % seraient à prix abordables, à moins de 3 000 € le mètre carré.

C’est Édouard François qui a été nommé pour la réalisation des plans.

Édouard François est un architecte français reconnu pour être pionnier de l’architecture verte en France. Il a notamment réalisé la Tower-Flower et l’hôtel Fouquet’s Barrière à Paris.

Membre de l’Académie d’architecture depuis 2016, il est également fait Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en 2012. Parmi les nombreux prix à son actif, il a notamment reçu l’Équerre d’Argent par deux fois en 2000 et 2009.

La Rue Bordelaise représente un investissement total de 500 millions d’euros, dont 450 millions sont investis par Apsys, le promoteur, et 50 millions par l’Établissement Public d’Aménagement (EPA) Bordeaux Euratlantique.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 35 54 82 33

Un projet amendé par le nouveau maire de Bordeaux

C’était une de ses volontés de campagnes : celle de stopper le projet de la Rue Bordelaise. Pierre Hurmic s’est bien vite ravisé lorsque les 100 millions d’euros de coût d’arrêt lui ont été annoncés. 100 millions d’euros qui auraient été à rembourser par le contribuable. Au lieu de cela, le nouveau maire a souhaité donner un nouvel axe à la Rue Bordelaise : plus écolo et associative.

L’arrêt du projet de la Rue Bordelaise aurait eu un effet “boule de neige” négatif sur les projets environnants : la création des pistes cyclables et des trottoirs sur le pont Saint-Jean, la transformation en boulevard urbain des berges autoroutières sur la rive gauche, arrêt des projets urbains de Bègles et Floirac, peu enclines à plier face à Pierre Hurmic.

Ce sont bien les surfaces commerciales du projet qui titillaient le nouvel édile de Bordeaux. Depuis son élection, la Rue Bordelaise est mise en pause, dans l’attente d’un réexamen qui s’est déroulé en janvier 2021, après plusieurs semaines de négociations entre l’EPA, Apsys et la Mairie de Bordeaux.

Lors de cette réunion au sommet, il a été voté une nouvelle trajectoire pour le projet Saget avec des “évolutions positives et des garanties d’adaptabilité”. Le Conseil d’administration a donc, dans un premier temps, choisi de réaliser le parc Descas de 2 hectares trois ans plus tôt que prévus. Sur les 25 000 m² de commerces prévus, 2 000 m² seront finalement destinés à des entreprises de l’économie sociale et solidaire. 800 m² seront dédiés à une maison des associations et 1 200 m² à des jardins associatifs.

Par conséquent, la surface des logements devrait augmenter. En effet, Apsys a consenti à construire 50 % d’habitations supplémentaires : 6 200 m², soit 90 logements neufs, dont 35 % sociaux, à la place des hôtels promis initialement.

Concernant les places de stationnement, 500 seront construites, au lieu des 1000 prévues. Cette décision suit l’avis de l’Autorité environnementale qui avait déjà grincé des dents et recommandé une réduction du nombre de places de parking.

Les modifications apportées amènent un surcoût pour le promoteur Apsys, évalué entre 10 et 20 millions d’euros, entièrement à sa charge.

Alors que la Rue Bordelaise devait être livrée en 2023, ces modifications forcent la livraison à être repoussée en 2026-2027.

Par ailleurs, Pierre Hurmic a annoncé la création d’un comité des enseignes, regroupant collectivités, CCI, ainsi que la Chambre des Métiers et de l’Artisanat. Apsys devra alors régulièrement étudier l’impact de la Rue Méridienne (la rue commerçante du projet) sur les commerces alentours. Suite à ces études, Apsys devra adapter sa programmation commerciale en fonction.

Qui aura le dernier mot concernant les enseignes commerciales ?

"Ce sera le promoteur, c'est lui qui reste le propriétaire. Mais il a accepté de s'entourer de ce comité et je ne le vois pas se mettre à dos un comité qui lui dira de façon très ferme : 'Nous ne voulons pas de telle enseigne parce qu'elle concurrence trop le commerce dans le centre ville'. Ce sera justement tout le travail de ce comité et s'il existe, c'est pour se faire entendre."

Pierre Hurmic, pour France Bleu, le 20 janvier 2021

La Rue Bordelaise en détails : ses apports pour Bordeaux

La Rue Bordelaise devrait redynamiser le centre-ville de Bordeaux et accompagne logiquement le futur quartier d’affaire qui a élu domicile autour de la gare Saint-Jean. Pour l’EPA, c’est un projet de relance économique de Bordeaux, vecteur d’emplois, et ce, dès le début des travaux.

La création d’hôtels, de commerces et de logements entre en concordance avec Euratlantique qui devrait attirer de nombreux cadres.

L’un des objectifs de cette voie pénétrante est de relier la gare à la Garonne. Là encore, la Rue Bordelaise entre en adéquation avec l’urbanisme bordelais précédent et les projets mis en œuvre depuis quelques années : rénovation de la gare pour les 18 millions de voyageurs, Bordeaux à 2 heures de Paris avec la LGV.

Avec cette percée rectiligne, la Garonne est visible depuis la gare.

La Rue Bordelaise est un projet de mixité : mixité de logements, à la fois abordables et neufs, mixité de commerces avec de grandes enseignes et des magasins plus traditionnels, mixité de bureaux pour les petites et moyennes entreprises, hôtels, bars et restaurants.

SOURCES
  • La “Rue Bordelaise” : nouvel axe passant dans Bordeaux – BordeauxIMMO9 (novembre 2017)
  • Bordeaux : Mis “en pause”, que va devenir le projet à 500 millions d’euros de la Rue Bordelaise ? - 20minutes (octobre 2020)
  • Feu vert de Pierre Hurmic à une Rue Bordelaise légèrement reliftée - Rue89bordeaux (janvier 2021)
  • Bordeuax : nouvelle trajectoire pour la “Rue Bordelaise” - Le Moniteur (février 2021)
  • Rue bordelaise : une offre commerciale revue et surveillée à Euratlantique – La Tribune (janvier 2021)
  • La Rue bordelaise agrémentée à la sauce écolo - Le Moniteur (janvier 2021)
  • Commerces, parkings, logements : Pierre Hurmic revoit le projet de la Rue Bordelaise – France Bleu (janvier 2021)
Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 35 54 82 33
Partager sur