Quelle est la place du vélo à bordeaux métropole ?

Temps de lecture estimé à environ 7 minutes.
Avatar de l'auteur "Dimitri IATOSTI" Dimitri Iatosti

le 23 septembre 2022

[ mis à jour le 23 septembre 2022 ]

SOMMAIRE

Le vélo a une grande importance pour les habitants de Bordeaux Métropole. En mettant en place des projets d’aménagement en faveur de cette mobilité douce, elle fait figure d’exemple. Bordeaux, Bègles et Blanquefort sont par exemple parmi les villes les plus favorables à la pratique du vélo en France.

Bordeaux connaissant une hausse de sa démographie, et par conséquent, de logements neufs, il est fort à parier que la pratique du vélo à Bordeaux Métropole a encore de beaux jours devant elle. Tour d’horizon.

Bordeaux Métropole en haut du classement

©JJFarq - Shutterstock

Bordeaux a reçu une très bonne nouvelle en août 2022 : elle se classe au 12ème rang mondial des villes cyclables !

Ce classement, nommé Global Bicycle Cities Index, édité par l'assureur Luko, prend en compte de nombreux critères : la météo, la sécurité, les infrastructures (pistes cyclables etc.), le nombre de stations de vélo en libre-service et la promotion de cette mobilité douce.

Même s’il reste encore des progrès à faire - actuellement, la part modale du vélo à Bordeaux est de 10 % - ce classement permettra à la ville de continuer sur sa lancée. En effet, Bordeaux s’est distinguée grâce au nombre de stations de vélo en libre-service (100 pour 100 000 habitants). De plus, elle compte augmenter la part modale du vélo à 18 % à l’horizon 2030.

Dans les années passées, Bordeaux a souvent trusté les premières places des meilleures villes cyclables de France. Même si Strasbourg reste la championne incontestée, Bordeaux a été au coude à coude avec d’autres villes favorables aux cyclistes comme Rennes, Nantes ou Grenoble.

Dans la métropole Bordelaise, d’autres communes sont également connues pour encourager cette pratique comme Bègles et Blanquefort. Bègles a, par exemple, été la première ville à avoir généralisé les double-sens et les “cédez-le-passage cycliste au feu”. Du côté de Blanquefort, la ville s’est vue remettre le “Guidon d’or” par la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB).

Un plan vélo ambitieux

Pour augmenter le nombre de cyclistes, Bordeaux Métropole a mis en place le plan vélo métropolitain 2021 – 2026, qui lui-même rentre dans le cadre du schéma des mobilités 2020–2030.

Parmi les grandes mesures annoncées, on peut noter l’amélioration du ReVE (Réseau Vélo Express). Les objectifs sont de créer 270 km de pistes cyclables supplémentaires et d’atteindre 18 % d'utilisation du vélo par les habitants.

Il y a, dans la cartographie du ReVE, 14 itinéraires cyclables. Un des plus grands relie Saint-Médard-en-Jalles à Saint-Vincent-de-Paul, soit plus de 30 km de pistes. Ces itinéraires seront aménagés de façon à ce que les cyclistes puissent rouler à une vitesse soutenue sur des aménagements adaptés et en toute sécurité. Ainsi, Bordeaux Métropole espère une fréquentation de 500 à 1000 cyclistes par jour sur ces pistes.

Une promotion du vélo exemplaire

Bordeaux Métropole a créé en 2016 les Maisons des Mobilités Alternatives, un réseau qui promeut la pratique de modes de déplacement alternatifs. On en trouve sur la rive droite de Bordeaux, dans le quartier Caudéran, à Bègles, à Mérignac, dans le campus Pessac et dans le centre-ville de cette dernière.

Ces maisons organisent des ateliers de sensibilisation, de réparation et peuvent également prêter des vélos. Des guides avec un plan du réseau cyclable, ainsi que des conseils, sont également donnés dans ces structures.

Du 21 au 22 septembre, la préfecture de Gironde a organisé des journées de sensibilisation à la sécurité routière à destination des usagers de modes de déplacement doux (rollers, vélos, trottinettes etc.). Pendant 2 jours, des bénévoles apprennent aux utilisateurs à rouler de manière responsable.

Cet évènement rentre dans le cadre de la semaine des mobilités organisée par Bordeaux Métropole. Il a lieu depuis le 16 septembre et se poursuit jusqu’au 25 septembre. Des conférences sur le thème des déplacement sont organisées et un Vélotour aura lieu le dernier jour de cette manifestation. Un Vélotour est une balade à vélo qui passe par des endroits surprenants, habituellement inaccessibles aux cyclistes.

De plus, dans le cadre du dispositif national “Savoir rouler à vélo”, Bordeaux a formé, depuis 2019, plus de 1000 élèves pour mieux circuler à vélo.

Des associations cyclistes veillent au grain

Des aménagements ont déjà eu lieu ou sont en cours. Les associations de cyclistes sont sur le qui-vive pour veiller au bon fonctionnement de ces aménagements, comme l’association Vélo Cité, qui a pu noter quelques dysfonctionnements du côté de Bordeaux Euratlantique. Par exemple, le débouché du futur pont Simone Veil contraint les cyclistes à faire demi-tour pour traverser.

Il manque à Bordeaux une culture vélo, cela reste pour beaucoup de la promenade et de la balade. On prévoit des aménagements apaisés ou partagés, quand il y a une rue ou un espace public à refaire. Mais ce n’est pas le besoin des cyclistes aujourd’hui. Ce qu’ils veulent, c’est un niveau qualitatif, des aménagements à haut niveau de service, efficaces, performants, et sécurisés.

Ludovic Fouché, co-responsable de l’association Vélo Cité

Cette association qui milite pour un réseau cyclable performant, a mis en place un plaidoyer pour “la métropole à vélo 2020 – 2026”. Parmi les signataires, on trouve Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux, Alain Anziani, le maire de Mérignac et le président de Bordeaux Métropole, ainsi que Clément Rossignol-Puech, le maire de Bègles.

Certaines propositions énoncées dans ce plaidoyer ont même été intégrées dans le plan vélo métropolitain, témoignant de la volonté politique d’encourager cette mobilité douce.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 35 54 82 33

Des aménagements en faveur du vélo

Parmi les nombreux projets urbains de Bordeaux Métropole, certains ont donné une grande place aux mobilités douces. C’est le cas de I-TER sur la place Ravezies au Bouscat et du quartier Mérignac Soleil qui seront traversés par des pistes cyclables.

Autre exemple : après 4 mois de travaux, la place des Capucins a dévoilé son nouvel aménagement en septembre. Des voies réservées aux automobilistes ont été supprimées pour les redistribuer aux piétons et aux cyclistes. Pour faciliter le stationnement des vélos, des bornes d'accroches ont été installées.

Le pont de la Palombe est un exemple réussi d’intermodalité. Inauguré le 1er janvier 2022, il relie les quartiers Amédée Saint-Germain et Armagnac en passant par-dessus les chemins de fer. Il a été conçu de façon à ce que tous les modes puissent l’emprunter (piétons, vélos, voitures et bus).

Pour voir si des aménagements fonctionnent, Bordeaux Métropole peut mener des expérimentations pendant un laps de temps. Les habitants et les usagers sont invités à donner leurs avis. Ensuite, si les résultats sont concluants, ces aménagements deviennent permanents. Ce type de décision fait partie de l’urbanisme pragmatique, voulue par Bordeaux Métropole.

Les vélos en libre-service de Bordeaux Métropole

Bordeaux Métropole est une des agglomérations les plus dotées en France de stations de vélo en libre-service. Elle en compte au total 184. Bordeaux s’est distingué dans le classement des meilleure villes cyclables au monde en comptant 100 stations pour 100 000 habitants.

Ainsi, le réseau cyclable compte 2000 vélos (dits VCub), dont 1000 bénéficient d’une assistance électrique. Les usagers peuvent les utiliser 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Il est possible de s’abonner au service classique ou de choisir l’option électrique. Les usagers peuvent également voir en ligne et en temps réel la disponibilité des vélos et des stations.

Le succès de ce réseau de vélo en libre-service ne se dément pas. En 2021, l’exploitant Kéolis a annoncé qu’il y avait 6000 emprunts par jour.

Les V3 sont accessibles uniquement aux + de 14 ans. De plus, un V3 ne doit pas être conservé par un usager + de 24h.

Un marché du free-floating plus encadré

©JJFarq - Shutterstock

Il y a quelques mois à peine, 11 opérateurs du free-floating étaient recensés à Bordeaux (trottinette, vélo, scooters électriques etc.). Afin de favoriser un meilleur partage de l’espace public entre tous ces modes, Bordeaux Métropole a décidé de contrôler le marché.

Tout d’abord, la Métropole a désigné 6 entreprises qui ont répondu à un appel à manifestation d’intérêt (AMI). Ces 6 sociétés devront respecter une charte d’engagement.

Parmi ses obligations se trouvent :

Le stationnement des vélos et VAE (Vélos à assistance électrique) est un sujet houleux à Bordeaux Métropole. En effet, les habitants se plaignent d’un stationnement irrespectueux. C’est pour cela que des opérateurs de free-floating obligent les utilisateurs à emprunter et à déposer un vélo sur un emplacement dédié.

Bordeaux compte actuellement 150 stationnements. Elle en accueillera 100 supplémentaires. De plus, 250 espaces de stationnement seront créés et répartis dans les différentes villes de la Métropole, à l’exception de Talence et Blanquefort, qui n’ont pas souhaité voir de véhicules en free-floating circuler dans leurs rues.

Afin de vérifier le respect des engagements, Bordeaux Métropole va mettre en place une plateforme de contrôle et de suivi. Pour pouvoir utiliser l’espace public de Bordeaux Métropole, chaque opérateur doit s’acquitter d’une redevance correspondant à 1% de leur chiffre d’affaires et d’un forfait d’un montant de 30 euros par an pour chaque vélo.

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 35 54 82 33
Partager sur