Bordeaux : quel avenir pour la métropole avec le nouveau maire Nicolas Florian ?

Temps de lecture estimé à environ 6 minutes.
Avatar Gilles VIDOTTO Gilles Vidotto

le 12 septembre 2019

SOMMAIRE

À l’approche des élections municipales et alors qu’il n’a pas encore confirmé sa candidature, Nicolas Florian - maire de Bordeaux depuis le départ d’Alain Juppé pour le Conseil Constitutionnel - a fait part de ses ambitions pour la ville au cours d’une conférence donnée dans une maison de parole, signe de son ouverture au débat citoyen. Il a mis l’accent, dans une ville en pleine croissance, sur la préservation de l’environnement et sur la mobilité au sein de la métropole. Un programme à accorder avec la politique de Emmanuelle Wargon, élue au logement.

© marcociannarel - Shutterstock

Remplacement d’un projet immobilier par un “espace de respiration”

Le site de La Jallère - près du stade Matmut Atlantique - fait l’objet de plusieurs projets :

Coup d’arrêt pour le volet immobilier de La Jallère

Face à la contestation grandissante concernant le volet immobilier du projet Jallère, Nicolas Florian a pris la décision de ne pas le concrétiser. En effet, un collectif s’est formé à Bordeaux qui vise à défendre le "patrimoine arboré" de la métropole : “Aux arbres citoyens”. Ce collectif se présente comme un “allié dans la lutte contre le réchauffement climatique” dans une ville jugée trop minérale. Le site de la Jallère abritant des zones humides, il pourrait devenir un espace de respiration. Pour Nicolas Florian, dans une interview donnée à Yves Maugue sur France Bleu Gironde le mercredi 11 septembre 2019 : “pas besoin de projet immobilier dans ce secteur bien doté”.

Création d’une forêt urbaine ?

En revanche, pour ce qui est de la création d’une forêt urbaine en lieu et place du programme immobilier, le maire ne se positionne pas. Il préfère qu’une concertation soit ouverte pour fixer le nouvel usage de ces hectares désormais libres, rappelant que Bordeaux est une ville habituée au débat public, comme en témoigne la mise en place par son prédécesseur, Alain Juppé, de budgets participatifs (processus de démocratie participative via lequel les citoyens décident de l’affectation d’une partie du budget de leur collectivité territoriale à des projets en tout genre).

“Cela fait partie de notre ADN de pouvoir consulter, concerter et surtout co-construire”. - Extrait de l’interview de Nicolas Florian sur France Bleu Gironde le mercredi 11 septembre 2019.

Éviter le déclin de Bordeaux en construisant de nouveaux logements

© JeanLucIchard - Shutterstock

Malgré son engagement à ne pas poursuivre le projet immobilier de La Jallère, Nicolas Florian affirme toutefois qu’il ne partage pas la vision de Vincent Feltesse, maire de Blanquefort, concernant l’organisation d’un moratoire sur les grands projets Euratlantique et Bastide Niel, vision qu’il juge “maximaliste”. Il précise en effet qu’on ne peut regretter que le prix du logement ait augmenté dans la ville Bordeaux et dans un même temps arrêter toute construction, ce qui n’aurait d’autre conséquence que de renforcer la hausse des prix. Par ailleurs, pour éviter que Bordeaux ne perde des habitants, ce qui en ferait une “ville en déclin”, il entend assurer la croissance démographique de la ville en accueillant les nouveaux habitants qui sont estimés au nombre de 300.000 pour les années à venir.

Végétalisation des îlots de chaleur

Pour lutter contre le réchauffement climatique et rendre Bordeaux plus attractive, Nicolas Florian suggère la plantation de près de 25.000 arbres dans la ville d’ici 2025. Ce programme de végétalisation, intitulé “plan Canopée” a été appliqué en premier lieu sur la place Pey Berland. Cette initiative, qualifiée par l’opposition d’ “opération Jardiland” permet, selon le maire, de transformer l’esplanade de la mairie en un lieu de vie, un îlot de fraîcheur où : “les gens s’[y] arrêtent, s’assoient, pique-nique”. Sur la place Pey Berland, ce sont environ 50 arbres en pots - lauriers, hibiscus, oliviers, etc - qui ont été disposés au pied de la cathédrale Saint-André. Des toiles de tissu de 80 m² ont également été suspendues pour créer de l’ombre. Ce projet ne serait qu’une esquisse visant à juger de l’opportunité de plantations plus pérennes. Les places Saint-Projet et Ravezies de même que la rue Sainte-Catherine et les allées de Serr font également l’objet d’une étude.

© Laetitia Jarty-Roy - Twitter

Par ailleurs, la ville entend créer un Comité de l’arbre dès le mois de septembre. Cette entité pourrait réunir élus, experts et associations autour de la problématique des arbres en général et de leur coupe en particulier. Ce comité fait écho à la vive protestation qu’avait créé l’abattage de trois arbres centenaires malades sur la place Pey Berland et de 17 marronniers place Gambetta. "En cas de non-respect de la réglementation relative à la protection des arbres, les professionnels s’exposeront à des sanctions", alerte Nicolas Florian.

Développement d’un RER métropolitain

Nicolas Florian a rappelé qu’en 1995, la décision avait été prise par Alain Juppé de déployer un réseau de transport aérien, de surface. Aujourd’hui, il se demande quelle pourrait être l'intérêt d’un réseau souterrain. Dans une métropole où le modèle de circulation est “en étoile” - il faut nécessairement passer par Bordeaux pour se rendre à Pessac depuis Saint-Aubin-de-Médoc - Nicolas Florian recommande plutôt le développement d’un réseau circulaire. Projet défendu par la région, le Syndicat des transports et la SNCF, la réhabilitation du “RER urbain” permettrait notamment de faire le lien avec Le Bouscat. Il reste à savoir, pour l’actuel maire, quelles conséquences cela pourrait engendrer en matière de travaux.

Des “éoliennes urbaines” pour alimenter la ville

Il est question pour le maire de Bordeaux, de permettre à sa ville de s’auto-alimenter en énergie. Pour ce faire, il a imaginé une expérimentation autour d’”éoliennes urbaines”. Contrairement aux imposantes éoliennes implantées en périphérie, ces installations, horizontales, seront fondues dans le tissu urbain. Pour l’heure, le maire n’a pas précisé quelle sera l’utilité précise de ces équipements qu’on imagine pouvoir alimenter en énergie des bâtiments, voire des quartiers entiers.

Une police de la circulation pour faciliter les déplacements

Pour répondre aux difficultés rencontrées par les automobilistes sur leur parcours domicile/travail, Nicolas Florian préconise la mise en place d’une “police de la circulation”. Concrètement, il s’agira pour la police municipale de poster ponctuellement, des agents aux endroits critiques pour éviter les blocages. Pour le maire de Bordeaux, ce système, qui n’a rien de moderne, donne pourtant des résultats probants dans d’autres villes.

Nicolas Florian, candidat aux municipales de 2020 ?

Nicolas Florian affirme, devant l’échéance des élections municipales de 2020, ne pas avoir de temps à consacrer à une campagne électorale. Il s’avoue très pris par son actuelle fonction de maire : “80% de mon temps est plutôt consacré aux dossiers municipaux". Il admet toutefois penser à la campagne. Il espère, de plus, que le scrutin saura “se détacher des contingences nationales” pour épouser les sujets locaux.

“Je ne suis pas dans le temps électoral”. - Extrait de l’interview de Nicolas Florian sur France Bleu Gironde le mercredi 11 septembre 2019.

Sources

Avec IMMO9, faites le choix de la confiance en réalisant votre projet immobilier et bénéficiez des conseils d’une équipe entièrement mobilisée pour votre satisfaction.
Contactez-nous
05 35 54 82 33
Partager sur